Introduction Prévention Protection des pistes Protection des routes et habitations L'O.N.F. La commission de sécurité Echelle des risques Les ARVAS Accueil Avalanches


Arva, mode d'emploi.


Arva : appareil de recherche de victime d'avalanche.
L'arva permet de retrouver rapidement une victime d'avalanche.

Les chances de survie pour une victime d'avalanche.

Le taux de mortalité lors d'une avalanche est d'environ 55%. Les chances de survie dépendent étroitement de la profondeur d'ensevelissement et de la durée.

Phase de survie.
Elle est de 15 minutes après l'ensevelissement. Toutes les victimes dégagées pendant ce laps de temps survivent, à condition qu'elles n'aient pas été mortellement blessées et qu'elles reçoivent rapidement les soins appropriés.

Phase d'asphyxie.
Elle se situe entre 15 et 45 minutes d'ensevelissement. Le pourcentage de chances de survie tombe de 93% à 25% : durant cette phase, toutes les victimes ensevelies ne disposant pas d'une poche d'air près du visage meurent par asphyxie.

Phase de latence.
Latence : qui reste caché, ne se manifeste pas.
Si la victime dispose d'une poche d'air, les premiers décès par hypothermie commencent à se produire après environ 90 minutes.

Choisir un arva.






Retour
Principe de fonctionnement
Un arva est un emetteur-recepteur électromagnétique. Un arva en position "émission" produit un signal qui peut être capté par un autre arva en position "réception".

Quel appareil choisir?
Depuis 1992, il a été décidé au niveau international de ne plus fabriquer que des appareils mono fréquence haute (457 KHz). Il existe désormais une norme européenne (PREN 286).
Aujourd'hui, de nombreux alpinistes sont encore équipés d'appareils bi-fréquence dont la portée est assez faible. Il reste même des partisans d'appareils mono fréquence basse qui, non seulement ont une portée faible mais qui, de plus, sont incompatibles avec les appareils haute fréquence.
Aucun de ces appareils n'est parfait (bruit de fond, maniement plus ou moins difficile, fragilité de certaines pièces). De plus leur fonctionnement peut être perturbé aux abords de lignes électriques ou par certaines montres à quartz.
Les critères de choix déterminants doivent être la facilité de maniement et surtout la fiabilité.
Enfin, il existe un accessoire de recherche exclusivement visuel, pour les malentendants.

Haut parleur ou écouteur?
L'écouteur est fragile mais une fois bien installé dans l'oreille, on ne s'en soucie plus et on peut mieux s'isoler de l'environnement extérieur. Plusieurs appareils possèdent à la fois les deux systèmes, écouteur et haut parleur. La mise en place du premier coupe le fonctionnement du second. C'est une bonne solution.

Manipulation et entretien.
Un arva est un appareil fragile. Il faut contrôler régulièrement les fonctions émission ET réception et surveiller la portée maximale.
Chacun doit connaître parfaitement les caractéristiques et le maniement de l'appareil dont il dispose et de tous les appareils utilisés dans le groupe.

Technique de recherche.

Recherche du premier signal.
L'arva doit être en mode réception avec la portée maximale. Pour être plus facilement manipulé, l'arva doit être détaché du corps.
Méthodes d'approche.              Schéma d'utilisation de l'ARVA
Il en existe deux. L'une utilise le déplacement du chercheur selon des axes perpendiculaires successifs (méthode de la croix décrite ci-dessous). L'autre, dite directionnelle, est plus intuitive et nécessite une certaine expérience.
Les deux méthodes reposent sur le même principe : plus on se rapproche de l'appareil émetteur et plus le signal est fort. Pour éviter tout phénomène de saturation, il faut toujours travailler avec le minimum audible, en utilisant le potentiomètre. C'est pourquoi une recherche "à l'oreille" efficace doit se faire en silence.
Méthode de la croix
Pour l'application de cette méthode, on ne doit pas modifier la position de l'arva : il doit être déplacé parallèlement à lui-même. A la réception du premier signal, le chercheur continue tout droit.
1. Si le signal diminue de suite, il fait demi-tour.
2. Si le signal augmente puis diminue, il tourne à angle droit là où le signal commence à décroître.
Le chercheur répète 1 et 2 jusqu'à ce que l'appareil lui indique qu'il est sur l'onde émise.

Recherche finale.
Quelle que soit la méthode utilisée précédemment, la recherche finale se fait toujours en croix. Mais, pour la localisation fine de la victime, la sonde est souvent plus efficace et plus rapide que l'arva. De plus, elle permet de connaître la profondeur d'ensevelissement.

Utilisation pratique.

Le port de l'arva doit être systématique chaque fois que l'on sort en montagne en hiver hors du domaine sécurisé des pistes de ski.
Le port de l'arva devrait également être de rigueur en été dès que l'on aborde des courses de neige.
Les arvas doivent être mis en mode émission dès le départ de la course.
La pelle et la sonde sont les compléments indispensables de l'arva.

Seuls des secours immédiatement organisés par les compagnons rescapés de la victime garantissent le maximum de succès, en accroissant le nombre de personnes dégagées dans les 15 premières minutes.

Retour

Haut de page