Introduction Prévention Protection des pistes Protection des routes et habitations L'O.N.F. La commission de sécurité Echelle des risques Les ARVAS Accueil Avalanches


Sécurisation des routes et des habitations


Les défenses passives
Les défenses actives
Les défenses temporaires
Les routes à risques
Le Plan d'Occupation des Sols

Les avalanches représentent un danger, non seulement pour les habitants mais aussi pour les automobilistes lorsqu'ils roulent sur les routes qui longent les cent quatorze couloirs d'avalanches de la vallée de Chamonix.

Trois types de défenses : passives, actives et temporaires.

Les défenses passives

Galeries ou tunnels : Les avalanches passent par-dessus.

Le paravalanche du Lavancher
Le 9 février 1999, à 17h, l'avalanche de la Pendant est descendue jusqu'à l'Arve sans conséquence grâce à l'ouvrage ci-contre.


Le 2 février 1978, le paravalanche n'était pas encore construit.


Retour
Paravalanches, digues et murs : Les avalanches sont arrêtées ou canalisées.

Le paravalanche de Taconnaz
Le paravalanche de Taconnaz se compose de dents déflectrices de 1,5m de large et de 6m de haut, de buttes de terre, d'un immense bassin de réception (que l'on ne voit pas entièrement ici) et de digues frontale et latérales.
Il protège Taconnaz, la Côte du Mont et la route blanche des avalanches venant du Dôme du Goûter.
Le 11 février 1999, l'avalanche a débordé les digues et endommagé 2 dents.
Le paravalanche du Bourgeat
Le paravalanche du Bourgeat protège le hameau du Bois-Rond, celui du Pont et la route blanche des avalanches venant de l'Aiguille du Goûter.

La taille des 2 véhicules sur la photo donne une idée de la dimension de l'ouvrage.
Retour     

Ce mur protège l'église de Vallorcine (on voit le haut du clocher en arrière plan)
Les prémisses de la muraille de Chine
Nos ancêtres ont eux aussi essayé d'apprivoiser les avalanches.

Les défenses actives


Des filets et des râteliers sont placés au démarrage des avalanches possibles pour les freiner.




Les barrières à vent empêchent la formation de corniches dont la rupture est souvent cause d'avalanches.




Des pieux également servent à retenir la neige

L'entretien des pâturages (agriculture de montagne) participe au bon accrochage de la neige en supprimant les hautes herbes et l'aulne vert.
Le reboisement est un moyen efficace de protection si le départ des avalanches n'est pas trop en altitude.
Défenses passives et défenses actives sont souvent associées.
Ainsi, pour permettre la circulation du train du Montenvers en hiver 1994, des travaux d'aménagement ont été nécessaires pour sécuriser les couloirs d'avalanches.

De 1991 à 1994, huit ouvrages ont été construits, en particulier :
  • Dans le couloir de la Filliey (180m de travaux et 30m de galerie)
  • Dans le couloir des Courbes (l'ouvrage a dû être rallongé de 20m suite à une avalanche en 1995)
  • Dans le couloir Giacomotti

Fin de l'ouvrage, le 16 août 1993
Couloir Giacomotti
Suite à l'avalanche du 3-2-2000, 10m de filets ont été installés
D'autre part, une avalanche dans le couloir du Grépon (31-1-95) avait occasionné des dégâts à la ligne caténaire et a nécessité la construction d'une casquette à l'entrée du tunnel.





Dégagement de la voie
Couloir du Grépon
Les défenses temporaires

Ce sont l'interdiction de la circulation et le déclenchement des avalanches par les moyens indiqués dans : la sécurisation des pistes.



Ces mesures sont prises par la commission de sécurité qui se réunit à la première alerte et les déclenchements respectent le P.I.D.A. (voir la sécurisation des pistes).



Routes nationales ou départementales à risques :
  • Route des Gaillands
  • Route d'accès au tunnel du Mont Blanc
  • Route du col des Montets (N506)


Routes communales ou vicinales à risques :
  • Route Henriette d'Angeville
  • Route des Nants (Chamonix)
  • Route du Tour
  • Route du Planet



Les zones les plus dangereuses sont :
  • La Corne à Bouc
  • La Fis
  • Le Nant (Tré-le-Champ)
  • Le Grand Chantey
  • Le col des Montets
En cas de grande catastrophe, de grosse avalanche avec victimes, le préfet déclenche le plan rouge pour que tous les secours et les pompiers de la région se mobilisent.


Le Plan d'Occupation des Sols actuel

Le Plan d'Occupation des Sols est réalisé dans toutes les communes. Il contient différents renseignements dont, en zone de montagne, le "zonage" des avalanches pour les secteurs habités. Il existe 3 zones : Quelques reports des zones d'avalanches du P.O.S. sur orthophotoplan ( © R.I.S. 74, droits réservés )
Les Bossons et le paravalanche de Taconnaz
Le centre de Chamonix

Le P.O.S. est établi à l'aide des informations du P.E.R. (Plan d'Exposition aux Risques) concernant les zones habitées. Cependant, le zonage peut être différent : ainsi, à Montroc, le P.O.S. a été révisé le 11 mars 1999 à la suite de l'avalanche meurtrière de la même année alors que le P.E.R. n'a pas changé depuis 1992.
le P.O.S. du Tour
Une révision de ce P.E.R., valant P.P.R. actuellement, a été demandée par le préfet en septembre 2003 pour Chamonix et Les Houches

Retour
Haut de page
Accueil avalanches
Sommaire prévention